Changement climatique : quels impacts socio-économiques ?

retour vers les News

27/02/20

Changement climatique : quels impacts socio-économiques ?

Un rapport sur le risque climatique et ses conséquences socio-économiques récemment publié par le cabinet McKinsey dresse un tableau pessimiste des 30 prochaines années.

Tandis que les impacts physiques très médiatisés se multiplient localement - on pense par exemple aux incendies qui ont sévi en Australie pendant plusieurs mois - les conséquences socio-économiques du changement climatique s’annoncent tout aussi dévastatrices. L’étude McKinsey, qui se base sur le pire scénario climatique du GIEC, celui de « statu quo », estime que d’ici 2030-2050, les impacts du changement climatique pourraient mettre en danger des centaines de millions de vies et engendrer des baisses de production économique estimées à des dizaines de milliards de dollars.

Des risques climat non-linéaires…

Les impacts socio-économiques pourront se propager de manière non-linéaire, au fur et à mesure que les seuils physiques et biologiques seront franchis. Les sociétés et les systèmes les plus à risque sont ceux proches de ces seuils. On estime qu’entre 160 et 200 millions de personnes vivant en Inde seront exposées à des vagues de chaleur et d’humidité mortelles d’ici 2030. La baisse de productivité du travail en extérieur – qui représente 50% du PIB et emploie 75% de la main d’œuvre – coûterait à l’Inde environ 2,5 à 4,5% de la production économique par an d’ici 2030. 

…et des risques systémiques

Les risques systémiques, quant à eux, se caractérisent par un effet « domino » sur les régions et les secteurs économiques, au travers des systèmes financiers et socio-économiques interconnectés. En Floride par exemple, les inondations qui pourraient survenir d’ici 2050 viendraient endommager les logements, augmenter les coûts d’assurance, baisser la valeur de l’immobilier de 15 à 30% (une baisse estimée entre 30 et 80 milliards de dollars), ce qui enfin affecterait les recettes de l’Etat américain sur l’impôt foncier. Une autre estimation inquiétante : le réchauffement des océans réduirait la pêche dans le monde, affectant ainsi les revenus de 650 à 800 millions de personnes qui en dépendent.

Tous les pays ne sont pas égaux face au changement climatique, mais sur les 105 pays étudiés, McKinsey estime que chacun sera plus ou moins impacté.  Les communautés et les populations les plus pauvres qui dépendent du travail en extérieur et du capital naturel sont généralement les plus vulnérables et disposent de faibles moyens financiers pour s'adapter rapidement. Certains pays pourraient même bénéficier du changement climatique : on pense par exemple au tourisme qui migrerait du sud vers le nord de l'Europe, ou encore au Canada et à la Russie, qui devraient voir leurs rendements agricoles augmenter.

Alors que faire face à ces anticipations ?

Si les conséquences socio-économiques du climat doivent être anticipées par les Etats au travers de leur pouvoir règlementaire. Les entreprises vont être amenées de leur côté à repenser l’ensemble de leurs activités et leur chaine d’approvisionnement, à mettre en place des outils, des procédures et une gouvernance pour s’adapter aux risques climatiques et les réduire. Les marchés financiers quant à eux peuvent orienter les capitaux vers ces entreprises, qu’elles soient des fournisseurs de solutions écologiques ou en transition vers une économie décarbonée.

Source : Rapport McKinsey « Climate risk and response. Physical hazards and socioeconomic impacts. » Janvier 2020

Source image : pixabay.com

retour vers les News