Les investisseurs vendent les actions européennes cotées

retour vers les News

09/10/19

Les investisseurs vendent les actions européennes cotées

Marchés au plus haut, nouvelles macro-économiques et géopolitiques peu réjouissantes… C’est dans ce contexte que la catégorie d’actif « Actions Européennes » vient de faire l’objet (même si cela se calme) d’une longue période de ventes massives.

On compare souvent, comme sur le graphique ci-dessus, les fonds actifs et les fonds indexés (ETF). Mais pour les gérants actifs, notamment ceux vraiment actifs, les ETF actions ne sont pas le concurrent principal (les ETF actions européennes décollectent par ailleurs également).

L’actif alternatif aux actions cotées qui séduit en particulier les institutionnels et autres fonds souverains, est aujourd’hui le non coté. Il faut certes y voir l’effet des taux bas voir négatifs qui permettent un levier d’endettement massif source de forts rendements (au point qu’on achète souvent aujourd’hui les sociétés non cotées plus chères que celles cotées et donc liquides !). Il faut sans doute y voir également l’effet combiné de la psychologie des investisseurs et de la règlementation qui ont fait de la volatilité un synonyme du risque ! Il est d’ailleurs étonnant de voir des investisseurs longs déclarer préférer le non coté au coté du fait du courtermisme des marchés dont logiquement, puisqu’ils sont investisseurs longs, ils ne devraient pas se préoccuper ou en tout cas pas faire de leur volatilité une mesure du risque de leur placement…

Un jour se posera par ailleurs, sur le « private equity » comme sur d’autres actifs non liquides en vogue, précisément le problème de la liquidité mais nous, gérants d’actions cotées, ne devons bien sûr pas le souhaiter. Les actions cotées sont et resteront une variable de compensation face aux éventuelles difficultés d’actifs moins liquides…

Rédigé par l'équipe Value, octobre 2019

Télécharger cet article

retour vers les News